U vistitu persu di a Principessa Davia La robe perdue de la princesse Davia, une proposition de Pierre Lieutaud et Francis Beretti

U vistitu persu di a Principessa Davia

Veniva Aprile, cun i so tempurali imprevisti, l’acquate tremende chi nascundavanu e campagne e e strade, annegandu i prati, purtendu via e foglie secche, e branche morte e e cartacce in a fiumara di e canalette, u runzulime di i cundotti , scuprendu a u sole rivenutu un mondu schjettu schjettu, imbutratu di culori e di lume.
Eiu caminavu longu mare ; l’aghi di i pini sempre umidi esalavanu un odore mischjatu di resina, di fracicume e di mele ; caminavu e i mo passi ùn facianu nisun rumore sopra stu tappettu zeppu chi u ventu di u mare avia cupertu strade e chjassi.
« O figliulella, ti ne vai, in a statina turnerai, a ritruvà a l’alba chjara u to vestitu di sete, u vestitu di pannu linu. O figliulella, ti ne vai… »
Ma quale sarà statu chi cantichjava sta canzona strana ? Ma sta voce, da induve veniva ?
Ad ogni passu, a canzona ribumbava. E frase si sgranavanu pianu pianu…
«  O figliulé ti ne vai, a figliulella trema da u fretu. A figliulella vole rivene ».
Quandu piantavu, a canzona smarriva. Aghju fighjulatu daretu i fusti di i pini, a mezu a i rami ; aghju scrutatu u frascume, scuzzulatu l’arburelli , i buschetti. Un ci era nimu. Solu u frombu di u ventu tra l’alte branche e, luntanu, u fiscu di i treni, u trostu di e strade. Aghju rintracciatu i mo passi, pianu pianu aghju calpistatu l’aghi di i pini, ed eccu chi a canzona è rivinuta.
« O figliulé, ti tocc’a parte, a figliulella si vole veste, chi prestu l’invernu ha da vene ».
Volta e gira, u mare e a piaghja si stendianu quant’ ellu si po stende a vista, e e lunghe pinete s’inchinavanu cun dulcezza sotta u vintulellu…
E poi venne l’invernu. I spazzini avianu nettatu e strade e i chjassi. Avà l’aghi di pini accatastati facianu tumuli bruni. Hannu zingatu u focu prima di a stagione di l’incendii. In u scuppittime di e fiamme, eccu chi a canzona era turnata :
« A zitelluccia sottu u ventu d’invernu cerca u so vestitu e s’addispera A zitelluccia chi vene a circà u so vestitu di trina, di tullu azuru, di sete nova »
Cascavanu l’aghi, si sparghjevanu sottu i grandi pini, e eo, passa e vene per sta a sente a voce. Ma niente.
Passò l’invernu, venne u veranu, eppò a statina. Una sera, quandu u sole sculisciava lindu sopra u mare, una vela spuntò all’orizzonte. Una nave antica calò a so vela a la marina. L’equipagiu scalò a son’ di tamburinu e un lungu curteghju s’avanzò ver di a grande pineta, tramezu a i bagnadori chi ùn lu vedianu micca. A pusà in rondu sopra u tappettu di l’aghi rossi, i barbareschi gironu u capu versu u mare.
A principessa, all’aggrottu di un baldacchinu multicolore scese lentamente da a nave e si misse à pusà in mezu a u circulu. Lentamente, pisò u tappettu di aghi e scuprì u vestitu ch’ella avia persu tempi fà, quandu i barbareschi scalati da u mare l’avianu rapita per fàlla principessa.
Aghju guardatu parte u curteghju sinuosu tramezu i parasoli e e vitture; battìa u tamburu tramezu e rise di i zitelli e a musica chi t’acciuncava. A nave ha issutu a vela e a lentamente smarritu all’orizzonte di a serata d’estate.
Un pare mancu vera, sta storia. Avà, ùn sentu più a canzona, ancu quandu caminu per ghjorni e ghjorni in e pinete di a marina.
A principessa ha ritruvatu u so vestitu e a zitelluccia ùn è più infritulita.

traduction de Francis Beretti

 

La robe perdue de la princesse Davia

Avril venait et avec lui les orages imprévus, les averses aux rideaux de pluie effaçant les paysages et les routes, noyant les prés, emportant les feuilles sèches, les branches mortes et les vieux papiers dans des torrents de caniveaux, des gargouillis de plaques d’égout, laissant au soleil qui revenait un monde propre et net, gonflé de couleurs et de lumières.
Je marchais sur la plage, les aiguilles de pins encore humides exhalaient une senteur de résine et de pourriture à l’odeur de miel, je marchais et mes pas ne faisaient aucun bruit sur ce tapis épais dont le vent de la mer avait revêtu les routes et les sentiers.
«  Petite fille tu t’en vas, un jour d’été tu reviendras, retrouver au clair matin, robe de soie, robe de lin….Petite fille tu t’en vas….. ».
Qui fredonnait cette chanson inconnue ? D’ou venait cette voix ?
A chacun de mes pas revenait la chanson. Les phrases s’égrenaient lentement …
«  Petite fille tu t‘en vas, petite fille grelotte au froid … Petite fille veut revenir »
Je m’arrêtais, la chanson disparaissait. J’ai regardé derrière les troncs des pins, entre les branches, j’ai scruté les frondaisons, secoué les petits arbres, les bosquets. Personne. Rien que le bruit du vent dans les hautes branches et au loin le sifflement des trains, le grondement des routes. Je suis retourné sur mes pas, j’ai marché lentement sur les aiguilles de pin et la chanson est revenue.
« Petite fille, il faut partir, petite fille veut se vêtir, vite l’hiver s’en va venir »
Je me tournais dans tous les sens, la mer et le rivage s’étendaient à perte de vue et les longues pinèdes s’inclinaient doucement sous la brise…
Et puis vint l’hiver. Les services de la voirie avaient nettoyé les routes et les sentiers. Les épines de pins amassées faisaient maintenant des congères brunes. On y mit le feu avant la saison des incendies Dans le craquement des flammes, la chanson était revenue :
« Petite fille au vent d’hiver cherche sa robe et désespère…Petite fille qui va venir cherche sa robe de dentelle, de tulle bleu, de soie nouvelle »
Les aiguilles tombaient, s’étalaient sous les grands pins, j’allais et venais pour entendre la voix…Rien.
L’hiver passa, puis vint le printemps et puis l’été… Un soir, alors que le soleil glissait sans bruit sur la mer, une voile apparut sur l’horizon. La voile d’un navire ancien qui s’échoua sans bruit sur le rivage. L’équipage mit pied à terre au son des tambourins et un long cortège s’avança jusqu’au bois des grands pins au milieu des baigneurs qui ne le voyaient pas. Assis en rond sur le tapis d’épines rousses, les barbaresques tournèrent la tête vers la mer…
La petite princesse, abritée sous un dais multicolore, descendit lentement du navire et vint s’asseoir au milieu du cercle. Elle souleva lentement les épines et découvrit la robe qu’elle avait perdue le jour lointain où les barbaresques venus de la mer l’avaient enlevé pour en faire leur princesse.
J’ai regardé repartir le cortège, serpentant entre les parasols et les autos, battant du tambour dans les rires des enfants et les sonos assourdissantes. Le navire a hissé ses voiles et il a disparu lentement sur l’horizon du soir d’été…..
C’est une histoire invraisemblable. Maintenant, je n’entends plus la chanson, même quand je marche des jours entiers dans les allées de pin au bord de la mer. La princesse a retrouvé sa robe et la fillette n’a plus froid.

Pierre Lieutaud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s