PASCAL MARCHETTI , présentation du 30 mai 2018, Musanostra, Salon du livre de Bastia

pascal marchetti 22321333-25079113

Portrait photographique: Getty images. Gilles Saussier

 

par Francis Beretti

Pascal Marchetti , qui vient de décéder (le 17 mai),était né en 1925 à San Nicolao, d’une mère enseignante, d’un père journaliste.

Il fit ses études primaires à Paris, ses études secondaires au lycée de Bastia. Reçu à l’agrégation d’italien, il obtint son premier poste à Lille, puis il passa deux ans au Lycée de Bastia.

Il enseigna à l’Université de Bologne, puis, pendant neuf ans à l’Institut universitaire de Naples. A la fin des années 60, il revint à Paris.

Au début des années 70, il fut l’un des grands acteurs du bouillonnement culturel qui agita l’île. Auprès de Fernand Ettori, entre autres, il siégeait régulièrement aux Università d’estate à Corte. Quand Radio Corsica Internaziunale fut créée, il s’en prit aux
« tontons brouilleurs » qui essayaient de la museler.

En 1971, Pascal Marchetti participa à un ouvrage qui fit date, Main basse sur une île, défini par Aimé Pietri comme « la bible des contestataires ».

La même année 1971, parut son premier ouvrage marquant, Intricciate e cambiarine, manuel de grammaire corse, édité en collaboration avec Dumenic’Antone Geronimi.1

Ce manuel expose des trouvailles lumineuses, d’un point de vue de la pédagogie du corse : les « intricciate » CHJ ou GHJ, des lettres composées qui rendent bien l’originalité phonétique de la langue. Les « cambiarine » sont les consonnes mutantes, qui se prononcent différemment, selon leur place dans la phrase. Le manuel assure la cohérence de la graphie du corse, et propose une terminologie linguistique qui se démarque du français ou de l’italien, ainsi, par exemple « u santacroce », pour l’alphabet, et « l’incalcu », pour l’accent tonique.

Pascal Marchetti publie dans la célèbre collection Assimil Le corse sans peine.

En 1980, il restitue, chez Flammarion, Une mémoire pour la Corse, où il déploie tous ses talents d’historien, de linguiste, et de polémiste, et que Marie-Jean Vinciguerra juge « incisif dans l’analyse, avec « le regard froid d’un scientifique et d’un moraliste
sans concession ni complaisance »2

Autre ouvrage important, La corsophonie. Un idiome à la mer, qui clarifie considérablement le sempiternel débat sur la double appartenance du corse : langue/ ou dialecte. Comme l’explique Marie-Jean Vinciguerra, « on identifie abusivement le binôme langue italienne/ dialecte corse, et un binôme langue française/ dialecte corse. Or, la transposition dans un contexte où la langue dominante n’appartient pas à la même famille [linguistique] conduit nécessairement à la folklorisation du dialecte ».3

En 2001 paraît chez Alain Piazzola la deuxième édition, revue et augmentée de L’usu corsu, dictionnaire des mots d’usage et des locutions du Nord et du Centre de la Corse avec les équivalences dans les langues italienne et française.

Entre temps, Pascal Marchetti avait publié, aux éditions Cismonte e Pumonte, une sélection des billets intitulée Impinnatelle qu’il avait écrits pour Kyrn, sous le titre de « In quattr’e trè sette »

En 2004, Alain Piazzola publie les « chroniques d’identité » de Marchetti sous le titre de Le corse dans tous les sens.

La même année, dans la revue Commentaire, Marchetti fait une recension de l’ouvrage d’Olivier Durand La lingua còrsa, publié à Brescia en 2003, sous le titre de « La lingua corsa à l’heure de vérité ».4 Une fois de plus, il a ainsi l’occasion de fustiger les « manipulations idéologiques visant à éloigner le corse de l’italien ». Il déplore que dans la préparation au CAPES de corse, ni l’étude de l’italien, ni celle de la linguistique romane et du latin ne fassent partie du cursus.

En 2011, Alain Piazzola publie son dernier ouvrage : San Nicolao, notes et documents, la première monographie de cette commune du Murianincu.

Pascal Marchetti, un « grand dérangeur », un maître à penser qui a marqué son temps dans le domaine de la linguistique corse, et même de la pédagogie, un intellectuel dont l’engagement passionné n’altérait pas la lucidité. En un mot, un « maestru » dont on se doit de relire, de méditer, et de retenir les leçons.

 

1 Intricciate e cambiarine, manuel pratique d’orthographe corse, Les éditions Beaulieu, 94 Nogent sur Marne, 1971
2 Kyrn magazine, 4 août 1989
3 Marie-Jean Vinciguerra,« Lingua corsa:avatars ou métamorphose», in Kyrn Magazine, 4 août 1989, p. 54-55.
4 Commentaire, 2004, numéro 108, p. 1140-1141

22321333-25079234

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s