Martin Scorsese, Silence, adapté du roman de Shusaku Endo

Par François Rusjan

Martin Scorsese a adapté à l’écran le roman de Shusaku Endo  Silence .

En 1633, deux jeunes prêtres jésuites portugais réussissent à convaincre leur supérieur de les envoyer au Japon afin de retrouver leur maitre et mentor disparu et surtout de rétablir son honneur.

Tous les thèmes chers au réalisateur sont présents : fidélité, trahison, violence, mal, culpabilité, rédemption.

Devant la beauté des images portées par une bande son discrète mêlant musique et bruits de la nature, nous restons bouleversés. Assistons nous à une projection d’un film de Scorsese ou de Kurosawa ? L’influence du réalisateur Japonais est indéniable et à aucun moment il n’est trahi ou plagié .
Les plans magnifiques se succèdent avec une lenteur envoutante qui sera interrompue par des moments de violence absolue ( n’oublions pas que ce film traite de la persécution des chrétiens au Japon) avec des scènes de torture et de supplice visant à obtenir l’apostasie des missionnaires et des convertis.

La nature est omniprésente comme opposant la croyance en Dieu des chrétiens et la spiritualité nippone plaçant le divin en elle . Telle cette mer montante qui vient frapper les corps des suppliciés comme pour défendre l’archipel de l’invasion d’une foi inconnue.

Les deux jeunes frères vont assister à cette violence jusqu’à la subir . Comment sauver ces croyants, se sauver eux-mêmes ? Doivent-ils renier leur foi ? Sont-ils en train de vivre le martyre sur terre pour mieux atteindre le paradis ?

Un autre personnage central , Kichijiro, apporte par son comportement, ses trahisons, ses prétendues rédemptions, une pulsion de vie. Il est peut-être celui qui est le plus humain de tous avec ses forces et ses faiblesses, ses doutes et ses croyances, sa fidélité et sa trahison. Il est Judas. Il est homme.

Silence est le meilleur de film de Scorsese . A la fois bouleversant et douloureux, magnifique et terrible. A travers ce pan d’histoire du Japon, Martin Scorsese s’interroge sur son rapport à la foi et par la même occasion nous oblige, nous spectateurs, à partager ces moments d’interrogation et de réflexion. Et Dieu , dans tout ça ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s